213 Avenue Franklin Roosevelt 69500 BRON

Cabinet dentaire SEVAIN

Implantologie - Parodontologie - Dentisterie Esthétique et Prothétique - Endodontie - Pédodontie

213 Avenue Franklin Roosevelt 69500 BRON
213 Avenue Franklin Roosevelt 69500 BRON

Soins dentaires

Une carie ne guérit jamais seule. Sans l’intervention du chirurgien-dentiste, rien n’arrête sa progression. Elle détruit alors peu à peu la dent, en déminéralisant l’émail, puis la dentine, avant de s’attaquer à la pulpe (nerf de la dent).

LES INLAYS - ONLAYS :

Sans titre 1
Sans titre 1

Pour sauver la dent, le dentiste enlève les tissus malades et nettoie minutieusement les surfaces dentaires restantes. Il doit ensuite obturer la cavité et reconstituer la dent. A ce stade, il dispose de différentes techniques et matériaux : amalgame d’argent (plombage), résine composite ou incrustation en or, compomère ou céramique appelé inlay.


Les amalgames d’argent : des règles de biocompatibilité à respecter :


Les chirurgiens-dentistes les utilisent depuis 150 ans. Ce moyen d’obturation traditionnel a largement fait ses preuves sur le plan mécanique. D’une mise en place aisée, le « plombage » reconstitue des points de contact interdentaires de bonne qualité et résiste bien aux pressions masticatoires.

Néanmoins, il n’est pas toujours possible de l’utiliser.

Tout d’abord pour des raisons esthétiques : dans le champ du sourire, l’amalgame dentaire se révèle disgracieux. Ensuite pour une question d’écologie buccale : le chirurgien-dentiste doit veiller au respect des règles de bio-compatibilité, si d’autres métaux sont déjà présents en bouche. Par exemple, entre une couronne métallique et un amalgame, un mini courant va se créer, véhiculé d’un métal à l’autre par la salive qui joue le rôle de conducteur. Un phénomène « dangereux » qui peut amener un goût ferreux dans la bouche, provoquer de petites décharges désagréables et accélérer le développement des caries.

Pour toutes ses raisons, votre dentiste optera, si nécessaire, pour d’autres matériaux.


Les composites pour les petites obturations :


Il s’agit de résines chargées en silice, en quartz et zirconium qui peuvent prendre la teinte de la dent. Sur le plan esthétique, elles donnent donc des résultats tout à fait satisfaisants et sont particulièrement indiquées pour les dents du sourire (canines et incisives). Un composite est réalisé en 1 séance. Après avoir préparé la cavité, le dentiste applique la pâte qu’il durcit avec un rayon photo-polymérisant. Si la cavité est trop importante, l’utilisation des composites est déconseillée : leur étanchéité et leur résistance se révèlent insuffisantes et peuvent induire des affections du nerf de la dent.


Les inlays pour une reconstruction dentaire parfaite :


Incrustations en or, compomère ou porcelaine, les inlays sont collés à l’intérieur de la cavité dentaire pour reconstruire les molaires et prémolaires de façon idéale par rapport à leur structure originelle.

Les inlays en compomère (résine) permettent d’obtenir des résultats esthétiques et mécaniques satisfaisants, mais leur résistance dans le temps n’est pas idéale (usure du produit et problème d’étanchéité).

Des défauts que l’on ne retrouve pas avec les inlays céramiques. Celui-ci permet de reproduire la luminescence de la dent, sa couleur, sa structure et sa solidité de façon parfaitement mimétique. Sa durée de vie est supérieure à toutes les autres reconstitutions. Totalement neutre, ce matériau est aussi parfaitement toléré par la gencive.

La préparation et la pose d’un inlay en céramique demande un travail très minutieux et rigoureux de la part du chirurgien-dentiste et du laboratoire. Le praticien prépare la cavité de la dent, en lui donnant une forme de cône inversé : cette architecture spéciale lui permettra d’insérer correctement l’inlay dans la dent, sans risque de cassure. Il prend ensuite une empreinte dont le laboratoire se servira pour réaliser le modèle qui reconstruira la dent. Cette véritable structure miniature reproduira les parois dentaires originelles. Au cours d’une deuxième séance, le chirurgien-dentiste procédera au scellement de l’inlay céramique.

Sans titre 2
Sans titre 2

Combien ça coûte ?

Cette technique de haute précision est plus onéreuse que les précédentes, mais la stabilité de l’inlay céramique, la parfaite restitution esthétique et le protocole complexe suivi par le praticien et le laboratoire justifie le coût plus élevé.

La mise en place d’un inlay permet de conserver la dent vivante plus longtemps. Cette solution permet en effet de repousser l’échéance de la dévitalisation et la pose d’une couronne, qui ne seront envisagées qu’en dernier recours sur des dents trop fragilisées.

Notre site utilise des cookies anonymes à des fins de mesure d'audience. Plus d'infos